Octobre Rose

Découvre la vidéo réalisée par notre cheffe de projet Julie. Car nous aussi nous sommes des femmes, nous les aimons et les soutenons. 

 

Octobre rose 

En Suisse, quelque 800 000 personnes ont des difficultés de lecture pour différentes raisons : illettrisme, problèmes cognitifs ou connaissance limitée de la langue. Le cancer du sein étant le cancer le plus fréquent chez la femme, la Ligue contre le cancer propose une brochure en langage simplifié sur ce thème afin d’atteindre les personnes touchées et les proches qui ont des difficultés de lecture. Elle contribue ainsi à lever les obstacles pour permettre à davantage de femmes d’avoir accès aux mesures de prévention du cancer du sein en Suisse. 

Chaque année, quelque 6000 femmes et 50 hommes sont touchés par un cancer du sein en Suisse. Si le risque augmente nettement à partir de 50 ans, la maladie touche également des femmes plus jeunes. En publiant une brochure en langage simplifié, la Ligue contre le cancer entend atteindre les personnes qui éprouvent des difficultés de lecture. Rédigée en gros caractères, avec des phrases très courtes et un texte clairement structuré, la brochure donne par exemple des informations sur le dépistage et les options thérapeutiques. Gratuite, elle est disponible en français, en allemand et en italien.

 

Des programmes de dépistage dans douze cantons

Le dépistage ne permet certes pas d’éviter la survenue d’un cancer, mais les chances de survie sont d’autant plus grandes que la tumeur est décelée tôt. Dans le cadre des programmes de dépistage systématique, les femmes sont invitées tous les deux ans à effectuer une mammographie (radiographie des seins). Lorsqu’elle est réalisée dans un programme assorti d’un contrôle de la qualité, la mammographie de dépistage est remboursée par la caisse-maladie et exonérée de la franchise ; seule la quote-part est à la charge de l’assurée. À l’heure actuelle, les cantons suivants ont mis en place un programme de dépistage organisé : Bâle-Ville, Berne, Fribourg, Genève, Grisons, Jura, Neuchâtel, Saint-Gall, Thurgovie, Tessin, Valais et Vaud. Dans les autres cantons, nous recommandons aux femmes concernées de se renseigner auprès de leur médecin sur les possibilités de dépistage du cancer du sein. 

De manière générale, il vaut la peine d’être actif physiquement. Des études d’observation montrent notamment que le surpoids augmente le risque de cancer du sein. L’activité physique, associée à une alimentation adaptée aux besoins, influence ce risque : une personne qui bouge suffisamment et se nourrit sainement équilibre ses apports et ses dépenses énergétiques et évite ainsi les kilos excédentaires. Une personne adulte en bonne santé devrait se dépenser pendant deux heures et demie par semaine sous forme d’activités quotidiennes, d’entraînement ou de sport (jardinage, marche rapide, walking, etc.). Vous trouverez des conseils et des informations supplémentaires sur l’activité physique et la prévention du cancer dans notre nouvelle feuille d’information : www.liguecancer.ch/prevenir-le-cancer-grace-a-lactivite-physique

Sources: www.liguecancer.ch

Partage avec tes amis

Contact

FRiStyle
Route du Centre 18
1752 Villars-sur-Glâne
[email protected]