Louise, chroniqueuse et maman, propose ses idées d'activités pour les enfants

Enfants occupés, parents libérés

11 mai… la date est tombée, laissant certains parents un peu sonnés. Pour certains, c’est le glas de la fin d’une période dorée, à avoir ENFIN DU TEMPS : l’occasion de faire faire tout plein de choses très instructives à ses enfants ou bien peut-être … d’apprendre à bonne école à regarder les mouches voler (et constater qu’elles sont de retour), c’est si passionnant. Pour d’autres, cela ressemble à une sortie de tunnel indécemment lointaine. Dans tous les cas, les apprentis Mary Poppins que sont devenus les parents confinés peinent parfois à retrouver l’inspiration pour couler des jours paisibles, c’est-à-dire raisonnablement occupés pour leurs merveilles en culottes courtes. Alors, coucou, me voilà avec mon petit arsenal de propositions, ni trop nombreuses ni compliquées, pour que ces semaines restantes soient aussi agréables que possible. Avec, permettez-moi le conseil, quelques mots d’ordre : réalisme (la pâte à modeler se prête mieux à un hippopotame qu’à une Vénus de Milo), détente (choisissez un gribouillage accompli avec le sourire plutôt qu’un coloriage impeccable assorti d’une crise de nerfs), souplesse (si une activité ne convient pas, hop, on essaie autre chose). Faites votre marché, et tous mes vœux de bonheur avec vos chérubins !

 

Pour les bidouilleurs : faire beaucoup avec peu

Malaxer, triturer, façonner, voilà de saines activités pour de petites mains avides d’occupation. Mon credo en la matière : simplicité. Qui n’a jamais admiré la capacité d’un petit à (se) créer un monde de merveilles à partir de ses trouvailles au parc (entendez : bâtons et cailloux de toutes couleurs et tailles) ? L’heure n’étant pas aux emplettes, misons sur cette qualité toute enfantine. Il s’agit tout d’abord de dessiner, colorier, coller avec tout ce que l’on trouve à la maison : bouts de ficelle, morceaux de papier inutilisés, rubans de récup, chutes de tissus, coton, que sais-je. Nos promenades en nature, si cela est possible, pourront aussi nous fournir un bel assortiment de feuilles et fleurs à utiliser telles qu’elles ou à disposer pour servir de modèle. En panne de sujets ? Inspirez-vous du printemps ! Fleurs, poule et ses petits, prairies parsemées de pissenlits sont autant d’idées simples et en accord avec la saison.

Je n’oublie pas la pâte à modeler, mais pour varier les plaisirs, la pâte à sel me paraît être une excellente option, qui a l’avantage de pouvoir donner lieu à un atelier peinture par la suite. La fabrication de la pâte elle-même étant un jeu d’enfant (2 verres de farine pour 1 verre de sel fin et 1 verre d’eau), vous pourrez intéresser vos petits à cette première étape, puis les accompagner dans la fabrication de leurs petits sujets. Respectez le temps de séchage (12 heures minimum) et de cuisson (tout ceci est bien expliqué ici), puis en avant la couleur ! Là encore, les fonds de tiroir pourront servir à décorer les objets réalisés : boutons, pâtes, grains de riz, tout est bon à prendre.

Au chapitre des activités manuelles, je vous conseille aussi de redécouvrir avec vos enfants les vertus du jardinage, qui demande adresse, patience, et développe le sens du soin à apporter aux choses. En appartement, ce peut être tout simplement en donnant à notre enfant la responsabilité de l’arrosage d’une plante : on l’aidera dans un premier temps à se souvenir de son petit travail et on ne manquera pas de commenter la bonne santé de « sa » plante ou au contraire de chercher à lui faire du bien, par exemple en variant l’ensoleillement.

Apprendre à s'occuper des plantes

 

L’écran autrement

Dans le domaine artistique, la grande nouveauté de cette période de contraintes a sans conteste été la mise à disposition en ligne de divers contenus par de nombreuses institutions (opéras, théâtres, musées, notamment). L’abondance de l’offre peut décontenancer : je voudrais mettre en avant trois propositions qui me semblent particulièrement intéressantes pour nos petits. La première est celle du musée d’Orsay (Paris), qui a un site spécialement conçu pour les enfants sur lequel se trouvent des visites thématiques (par exemple « Petites et grosses bêtes », qui pourra intéresser les plus petits) et des promenades imaginaires, contes inspirés de tableaux (par exemple sur les danseuses de Degas). Pour les promenades, il s’agit de montrer l’œuvre et de faire écouter le conte qui a été écrit autour d’elle : c’est faire faire à l’enfant l’apprentissage du langage de l’art, qui peut raconter l’histoire qu’il entend ou bien celle qu’il aurait envie lui-même d’inventer.

Promenades imaginaires - voir et écouter

A destination des plus grands cette fois, le Metropolitan Opera (New York) met en ligne un opéra chaque jour. Ces jours-ci, on donnait sur nos écrans Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach. Les mises en scène du Met étant généralement spectaculaires et les chanteurs de talent, il s’agit d’une initiation dans les règles de l’art.

Enfin, le site anglophone stories.audible.com met à disposition des livres audio dans différentes langues. En Français, on y trouve par exemple Pierre et le loup lu par Gérard Philippe, ou encore l’amusant livre de Fanny Joly La cuisine de Gudule. Pour les plus grands, Les Trois Mousquetaires devraient leur offrir la compagnie des célèbres Porthos, Athos et Aramis pendant plus de … 22 heures de lecture !

 

Redécouvrir sa bibliothèque

Lire et relire les livres que l’on aime, de parent à enfant, voilà un plaisir qui l’on ne saurait bouder. Seulement voilà, la bibliothèque de nos enfants est parfois un vrai casse-tête logistique. Entre les contes classiques, les livres à déplier (ça, c’était avant les pages déchirées), les livres pop-up (attention aux chauve-souris…), les livres-marionnette (ceux où vous mettez votre doigt dans un petit écureuil qui fait des provisions pour l’automne) et j’en passe, sachant que chaque tranche d’âge a les siens, bonjour le désordre. Et si c’était l’occasion, tout simplement, de trier ces trésors de papier ? Le faire avec nos petits non seulement les rendra plus autonomes face à un pan de mur parfois un peu délaissé, mais vous permettra aussi de découvrir leurs préférences : de quoi se réserver de bons moments de lecture avec eux.

A propos de préférence, il y a une catégorie de livres qui semble faire l’unanimité : les livres musicaux (par exemple ceux des Editions Gründ : Mes premiers airs d’opéra, Mes premiers airs de rock). Vous les aviez peut-être mis de côté, pensant qu’ils avaient fait leur temps … Chez moi, une des premières décisions du confinement a été de racheter une collection de piles pour recharger ces objets fabuleux, qui ont l’aimable avantage d’instruire vos enfants et de les occuper à peu de frais pour votre agenda. Mettez-en un dans les mains de la grande sœur, placez bébé à côté et je vous garantis quelques minutes d’attendrissement (ou de tranquillité, selon l’humeur).

Les livres musicaux

Ceci dit, ces premières semaines à huis-clos ont peut-être épuisé les ressources de vos étagères, et vous vous demandez quel serait le bon investissement pour les prochains jours. Connaissez-vous Une Cloche pour Ursli ? Voilà un classique de littérature enfantine suisse que j’ai découvert récemment et qui pourrait ramener plus d’un parent en enfance. Ursli veut avec ses camarades participer à la grande fête du printemps et chasser l’hiver à coups de cloche : sa détermination pour trouver la cloche de ses rêves lui fait affronter la montagne. Les illustrations sont poétiques et l’histoire, intemporelle.

Une cloche pour Ursli

Louise Sauty de Chalon

Partage avec tes amis

Contact

FRiStyle
Route du Centre 18
1752 Villars-sur-Glâne
[email protected]