Le Soudan gagne le Grand Prix du FIFF 2020

Le Festival International de Films de Fribourg annonce son palmarès 2020, malgré une 34e édition annulée. Grâce au précieux soutien de ses partenaires et à l’engagement des Jurys internationaux, le FIFF maintient ses trois prix principaux. Les Jurys, qui ont visionné et délibéré par vidéo conférence, dévoilent un palmarès lumineux qui célèbre le cinéma du Soudan, du Mexique et d’Iran, avec trois films racontant une jeunesse porteuse d’espoir et de changement. Le Grand Prix revient à You Will Die at 20 de Amjad Abu Alala, le Prix spécial du Jury à Los Lobos de Samuel Kishi Leopo, et le Prix du meilleur court métrage à Asho de Jafar Najafi. L’édition «34½» se poursuit et plusieurs titres de la sélection – dont une partie des films primés – sont disponibles en streaming dès à présent. Ensuite, dès que la situation le permettra, le FIFF reviendra au cinéma avec des séances spéciales ponctuelles et dans d’autres festivals.

 

Grand Prix et Prix spécial du Jury: deux longs métrages qui fêtent l’espoir porté par la jeunesse
Confiné aux quatre coins du monde et réuni par les réseaux sociaux, le Jury international Longs métrages, composé de Elodie Bordas (France), Álvaro Brechner (Uruguay), Guetty Felin (Haïti/USA) et Joel Karekezi (Rwanda), a choisi à l’unanimité de remettre le Grand Prix du Festival International de Films de Fribourg, doté d’un montant de CHF 30'000 par l’État de Fribourg (CHF 20'000) et la Ville de Fribourg (CHF 10'000), au film You Will Die at 20, de Amjad Abu Alala (Soudan, France, Égypte, Norvège, Allemagne, Qatar, première suisse). Un jeune homme fait face à la prédiction qui s’est abattu sur lui et sa famille peu après sa naissance: il mourra à 20 ans. Pour son premier film, le réalisateur soudanais propose une œuvre d’une qualité picturale remarquable et démontre un grand sens de la direction d’actrices et d’acteurs, pour la plupart non professionnel·les. «Un seul mot: bouleversant! You Will Die at 20 est un conte de fées magnifiquement conçu, imprégné de la réalité d'un lieu qui nous est peut-être étranger par sa culture et pourtant douloureusement familier par son humanité. Ce film est un magnifique hommage à la magie du cinéma tout en donnant de l’espoir à la jeunesse d'une nation qui en a grand besoin», se réjouit Guetty Felin, présidente du Jury.

Grand Prix - You Will Die at 20

 

Le Prix spécial du Jury, doté d’un montant de CHF 10'000 par Groupe E, est attribué à un drame sobre et juste qui donne une voix aux gens de la marge. Il s’agit de Los Lobos, de Samuel Kishi Leopo (Mexique, première suisse), qui suit deux enfants et leur mère, issu·es de l’immigration clandestine aux États-Unis. Les deux jeunes garçons s’évadent de la chambre sordide où ils sont confinés grâce au jeu et aux cassettes enregistrées par leur mère. «Los Lobos nous a charmé·es et ému·es par sa simplicité et sa force tranquille. Ce film nous permet de voir l'espoir à travers la morosité», précise la présidente du Jury. Enfin, le Jury remet une mention spéciale à Lina from Lima, de María Paz González (Chili, Argentine, Pérou, première suisse), une comédie musicale flamboyante sur fond social.

Prix spécial du Jury - Los Lobos
Mention spéciale - Lina from Lima

Meilleur court métrage: Asho, le jeune berger iranien qui rêvait d’être acteur
Le Jury international Courts métrages, composé de Mélanie Croubalian (Suisse), Michael Frei (Suisse) et Julie Hugo (Suisse), a porté son choix sur un documentaire. «C’est un film positif, plein d’espoir, très lumineux – probablement ce dont nous avons le plus besoin en ces temps troublés», souligne la présidente du Jury Mélanie Croubalian. Il s’agit de Asho, de Jafar Najafi (Iran, première suisse), qui reçoit le Prix du meilleur court métrage international, doté d'un montant de CHF 7'500 et soutenu par la Clinique Générale Ste-Anne. Un jeune berger cinéphile rêve d’être acteur et s’évade de ses montagnes iraniennes grâce à son imagination.

Prix du meilleur court métrage international - Asho

Le Jury attribue également une mention spéciale à Da Yie, de Anthony Nti (Ghana, première suisse). «Da Yie nous a bouleversé·es. C’est un film dur, violent, dont on ne sort pas indemne», précise la présidente du Jury.

Mention spéciale - Da Yie

 

 

Partage avec tes amis

Contact

FRiStyle
Route du Centre 18
1752 Villars-sur-Glâne
[email protected]