Détruire le röstigraben avec la méthode Gustav

Gustav, qui a fêté ses 20 ans de carrière l’année dernière, ne se définit ni comme alémanique, ni comme romand. Et au fil de sa carrière et de ses nombreuses expériences, il s’est rendu de deux choses: la première, qu’il y a avait un fossé entre Suisses-allemand et Romands et que deuxièmement, la musique réunissait, quelle que soit la région et la langue. Résultat: il fonde la première académie de musique entièrement bilingue. Rencontre. 

En tournant dans toute la Suisse, l’artiste a réalisé qu’il était très difficile de passer la Sarine, en étant Suisse-allemand ou Romand. «On vit dans le même pays sans se côtoyer, on n’arrive pas à passer nos propres frontières, c’est plutôt triste, non?». En constatant ce manque de collaboration mais en remarquant que le fort pouvoir fédérateur de la musique, Gustav se lance dans un nouveau projet: la création d’une académie de musique bilingue. Le but? Donner la possibilité à une vingtaine de jeunes de former des groupes de musique et de produire quelques chansons, avant un concert événement l’année prochaine à Fri-Son. «Ce que je remarque, c’est qu’il manque cruellement d’initiatives pour le bilinguisme. L’Académie s’inscrit dans ce vide! Ce projet veut réunir les Francophones et les Alémaniques.»

Gustav raconte que les inscriptions ont dû être fermées avant la date prévue, preuve d’un besoin existant. Mais quel sera au juste le rôle de Gustav? «Mon rôle, c’est la production. Je vais produire les groupes et leur assurer un certain suivi avec des workshop. On ne recherche pas les meilleurs - il n’y a rien à gagner, mais ceux qui vont bien ensemble.» Le but est aussi de montrer qu’il est possible de vivre de la musique en Suisse. «Je vis de la musique depuis environ 2010. C’est faisable, il faut être prêt à jouer devant 10'000 personnes tout comme devant 50 personnes parfois. C’est la Suisse!» L’Académie / Akademie de Gustav est soutenue par l’Etat de Fribourg et le Groupe E, tous les deux très enthousiastes par le projet, qui est assuré pour les trois prochaines années, le but étant d’ajouter quelques cantons à chaque nouvelle édition.

D’ailleurs, les auditions ont eu lieu le week-end dernier. Résultat: «C’était génial! Très intense et il y a beaucoup de talents, beaucoup plus qu’on imaginait. Le niveau était très haut et cela va être difficile de choisir.» Les groupes formés seront annoncés au public d’ici 3 semaines.

En devenant ainsi l’ambassadeur du bilinguisme, il espère aussi faire passer un message aux habitants de la Suisse. «Les Romands devraient arrêter de se gêner de faire des fautes de grammaire. De toute façon, en suisse-allemand, on en a presque pas! Les Suisses-allemand devraient plus chercher à parler le bon allemand, par respect pour les Welsches, car même si on est pas tout à fait soi-même en allemand, tout le monde le parle!» Gustav, bien que parlant presque parfaitement français, reste 100% germanophone. «Pour moi c’est très important d’avoir qu’une seule langue maternelle. J’apprécie de ne pas tout maîtriser en français, comme ça je peux être aidé par quelqu’un, et rendre cette aide plus tard en allemand. C’est aussi ça la richesse du multilinguisme!» Avec son académie, Gustav nous offre une belle manière de nous approcher de nos voisins...und es freut uns! 

Partage avec tes amis

Plus sur l'auteur

Laville Lauriane

Laville Lauriane

Lauriane Laville est une jeune diplômée de l'Université de la Suisse Italienne, à Lugano. Désormais étudiante à l'Université de Berne, elle gère, entre autres, l'espace Club de Sept. Sportive, polyglotte, créative et curieuse, elle aime découvrir son environnement immédiat et même si des voyages l'ont porté au bout du monde, non, rien ne vaut une fondue avec le Moléson en arrière-fond.

Inscris-toi à notre newsletter

Contact

FRiStyle
c/o Sept.ch SA
Route du Petit-Moncor 1E
Case postale 128
1752 Villars-sur-Glâne 1
+41 26 347 27 77
[email protected]