Carnet de voyage de Sandrine Simonet - Partie 2/2

CARNET DE VOYAGE DE SANDRINE - PART 2

Vendredi 

Au programme, nettoyage du village de Mbokita. Plein de déchets dans l’eau ainsi que dans le village qui est en parti sur pilotis. Nous nous mettons au travail sous un soleil de plomb avec les villageois qui nous donnent un coup de main. Nous trions à nouveau les déchets ensuite. En récompense, une bonne noix de coco chacun. Nous allons dans une classe d’école montrer des dessins que les enfants de France et de Madagascar ont faits. Les enfants indonésiens sont tout fous.

Les villageois nous donnent un coup de main

 

Nous montons ensuite à un point de vue du village, il n’est pas facile à atteindre mais le coup d’œil en vaut vraiment la peine. Tous les enfants nous accompagnent.

Nous prenons ensuite en bateau qui nous dépose sur une petite île déserte, mais à nouveau infestée de détritus. À la suite de cela nous grimpons au sommet de la colline et là la vue et juste INCROYABLE !! La plus belle que j’ai vue jusque-là.

Puis retour au campement pour souper et… au dodo. 

Samedi

La nuit fût meilleure, mais à nouveau beaucoup de vent. 

Nous déjeunons des beignets de bananes faits par la fille et départ à 8h pour 3h de kayak reefcheck pour juger si le corail est bon ou non. Super moment, en longeant la côte de Sulawesi. J’ai vu 2 tortues et une raie à points bleus.

Nous mangeons sur une plage déserte, puis nous commençons à la nettoyer. Au final, 6 sacs remplis de déchets. 

Poissons check, invertébrés check et je m’occupe du bentus check. Sur 100 mètres, je dois noter ce que je vois tous les 50cm : corail dur, mou, mort, pierre, sable. Ça me prend un temps fou mais c’est intéressant.

Dimanche

Journée exploration. Tenue : pantalon de trek, chemise longue chaussettes, chaussures, gants, tuba, masque, palmes, gourde, un coup de spray anti-moustiques et départ !

Le bateau s’approche de la forêt tropicale et nous débarquons sur la zone à explorer. Ça côte sec d'entrée, terrain glissant, il faut s’agripper à ce qui nous tombe sous la main. Arrivés en haut de la colline, nous redescendons de l’autre côté afin de rejoindre un lac au milieu de la forêt tropicale, on enfile nos palmes, masque et tuba et on saute à l’eau avec nos habits de trek et sacs étanches. On explore les fonds de ce lac qui est rempli de méduses. L’eau au fond est extrêmement chaude. Après la traversée, on ressort de l’eau et on grimpe une nouvelle colline. Difficile d’avancer sur le terrain, on est trempé, on glisse, mais on monte gentiment. Arrivés en haut, petite pause cacahouète et c’est reparti pour une nouvelle descente sinueuse. On traverse à nouveau à la nage un 2ème lac et voilà que nous remontons notre dernière colline. La montée et la descente sont assez sportives et après 7h de trek nous sommes aux anges d’arriver sur une plage où le bateau nous attend. Oui, 7h à se faufiler entre les arbres, mais ce fût fort sympathique. Et tout le parcours que nous avons fait équivaut à seulement 1km à vol d’oiseau !!!!

Lundi

La moitié du groupe part dans un petit village pour le nettoyer, je reste au campement avec l’autre moitié du groupe pour vider et trier tous les sacs de déchets récupérés sur des petites plages désertes. La montagne de déchets est impressionnante !

Tri des déchets

 

L’après-midi c’est repos. Le bateau est parti direction un village de Sulawesi pour amener tous les sacs à la déchetterie. Il ne reviendra que le lendemain. Nous profitons donc de faire notre lessive (plus que nécessaire), et on se pose enfin sur le sable fin pour faire bronzette. A 16h nous partons voir une grotte qui est accessible uniquement par marée basse. Assez compliqué d’y accéder, chauves-souris et stalactites.

Et pour le repas du soir, des pâtes ! Quelle joie de manger une fois autre chose que du poisson et du riz ! 

Repos et bronzette au programme

 

Mardi

Encore une journée de repos car le bateau n’arrivera que vers 11h, nous partons donc explorer la mangrove à la nage. A 16h, une équipe part grimper la petite montagne qui se trouve à côté du campement pendant que nous nettoyons à nouveau à 4 notre plage qui est infestée de déchets provenant de la mer.

Mercredi

Pour sûr, là je suis totalement sortie de ma zone de confort.

Départ pour un nouveau trek, nous sommes 7 à le faire, ainsi que Philippe et Sergio, les 2 autres bénévoles font du kayak check. Claude reste sur le bateau à cause de sa blessure du premier trek. Nous apprenons gentiment l’indonésien avec Abid qui nous traduit tout le vocabulaire que nous souhaitons connaître.

A 9h, nous commençons à grimper la montagne. Au bout d’une heure de marche, nous effectuons un arrêt et là Philippe nous dit que c’est le moment de se décider, on part pour 9h de marche et une fin en pleine nuit. Pour ceux qui ne la sente pas ça s’arrête maintenant. Nadège décide de retourner au bateau. Nous attendons donc 1h45, le temps qu’il la ramène au bateau et que l’on retrouve Sergio qui s'était perdu dans la forêt tropicale, quelques cacahouètes et c'est parti. Le terrain est difficile pour avancer. Des palmiers piquants, un terrain glissant, on crapahute à des endroits où t’as plutôt intérêt à bien te tenir à la roche car le ravin en dessous fait bien peur. A 13h, il nous pleut des cordes sur la figure, ça nous rafraichit, mais le terrain devient d’autant plus glissant, on fait une pause en hauteur, sous la pluie, pour manger un bol de riz avec du poisson, puis départ pour atteindre l’objectif. Difficile d’avancer dans la forêt tropicale, mais on y prend tous du plaisir.

Mike Horn, tu serais fier de moi !

Après 9h de marche, dont 30 minutes dans la nuit, nous arrivons enfin à la plage où le bateau vient nous récupérer. Pur bonheur et personne n’est blessé jusqu’à ce qu’Azura retire ses chaussures car elle ne veut pas les mouiller pour aller jusqu’au bateau (nous avons quelques mètres à marcher dans la mer car la marée est basse) et là, elle marche droit sur un oursin. Au camp Philippe tente d’enlever les épines qu’elle a sous le pied.

Jeudi

Après le petit déj, il pleut des cordes et nous attendons que le temps se calme pour partir faire notre dernier kayak reefcheck. On arrive en bateau où ils doivent nous larguer à la mer et il recommence à pleuvoir. A bord du kayak, Rebou, Lorence et moi. Je commence à aller dans l’eau et à palmer, le corail est juste magnifique.

A trois dans le kayak

Rebou prend le relai. Au bout de quelques heures le ciel nous tombe à nouveau sur la tête. Nous sommes les 3 sur le kayak, Rebou et moi qui pagayons et on se tape une barre de rire : 3 pauvres filles en plein déluge au milieu de nulle part. En fin de compte on voit le bateau arriver, on avait déjà dépassé la zone de corail à vérifier alors qu’on pensait en avoir encore pour une plombe. On mange sur un resort abandonné (les travaux n’ont jamais été achevés) et nous retournons au camp. Les moments que nous partageons le soir autour de la table sont toujours fort sympathiques. Philippe nous raconte comment il a failli se faire bouffer par une otarie sur l’île d’Amsterdam, elle lui a croqué la main. On constate en voyant les images qu’elle lui a fait des sacrés dégâts, mais il s’en sort plutôt bien. 

Vendredi

On remballe nos tentes et on part pour 4h de boat sur une mer hyper agitée, mais grand soleil.

Il est presque 17h et on vient d’arriver à l’hôtel. On part amener nos habits à la laverie et boire une GROSSE BINTANG BIEN MÉRITÉE !!!!

- Sandrine Simonet -

MERCI SANDRINE D'AVOIR PARTAGE AVEC NOUS ET NOS LECTEURS TON EXPERIENCE D'ECOVOLONTARIAT EN INDONESIE! On espère te retrouver bientôt pour de nouvelles aventures! - La Team FRiStyle -

Retrouvez également la première partie du carnet de voyage et Le Portrait de Sandrine Simonet en vidéo

Partage avec tes amis

Contact

FRiStyle
Route du Centre 18
1752 Villars-sur-Glâne
[email protected]